TRIA HASI…..

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

TRIA HASI…………

C’est un de ces personnages qui ont fait partie de notre enfance et qui appartiennent à la petite histoire de notre belle cité de Mutsamudu.

Il était élancé, vêtu d’une robe blanche et d’un gilet de couleur sombre .

Son nom était Mwenye AbdulKadwim mais même les enfants ne l’appelaient que par son surnom, Tria Hasi.

Il arrivait du quartier de Mjihari, de sa démarche particulière si chaloupée et d’un pas toujours pressé, pour se diriger vers la mosquée de Gerezani.

Mais à chaque croisement de ruelle, il tournait sur lui-même, virevoltait. Tria hasi, disaient les passants à qui il répondait de la même façon, sans se démonter pour le moins du monde.

Et il tournait, tournait, une prière à la bouche, pour conjurer le mal et bénir sa chère ville.

Mais la question angoissante c’était de savoir s’il allait pouvoir arriver à temps pour le djama de la prière de Gerezani.

Arrivera, arrivera pas…..

Tria hasi, voilà un des personnages originaux de notre belle cité, quand elle était encore comme un bateau, un cocon qui abritait ses enfants, à l’intérieur de ses murs d’enceinte.

Kamaroudine

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

La fondation de Mirontsy

Rabouba Jr Ben Ali rdptt13a91hmh346984 mc  ·  “On dit que Mirontsy est née au 19ème siècle. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisqu’il y a des monuments démontrant que cette cité était déjà habitée au 16ème siècle. Des sites comme Mkiri wa Mpwani et Masdjidil Azhar témoigne de ce passé. Les quatre siècles qui ont suivi, Mirontsy aurait cessé d’exister, suite aux razzias malgaches…” En

Une scandaleuse affaire : entre Mwigni M’kou et Abdallah III en 1871

Said Bakar Mougné M’kou Said Bakar rapporte ceci dans sa fameuse chronique de Ngazidja “Sultan Abdallah resta [à Ngazidja après la guerre de 1871 contre Msafumu] pour réclamer le paiement de ses frais. Il nous fit cotiser pour sept mille pilastres, et il prétendait qu’il en restait encore sept mille dont il attendait le paiement. Sultan Ahmed se plaignit auprès des Français de ce que

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !