Pleurs pour ma ville! poème d’Assaf Mohamed Sahali Wadaane

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
  •  Pleurs pour ma ville!Je pleure pour Mutsamudu ma ville
    Elle qui repousse âmes et cœurs vils
    Le noir de ces jours te sera lumière
    Ternir ta bonté n’est que chimère

    Tes ruelles à senteur vanillée
    Tes sourires jamais annihilés
    Boucliers seront contre la haine
    Allah te protègera des peines

    Nos mains invocatrices au Roi des âmes
    Sécheront avec douceur tes larmes
    Ne sois pas si triste des trahisons
    Je prie pour que règne sagesse et raison

    L’Unique te rendra les honneurs
    Broyées seront les rancœurs
    Pour toujours tu seras bonne et belle
    Dominée par l’historique citadelle

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

La fondation de Mirontsy

Rabouba Jr Ben Ali rdptt13a91hmh346984 mc  ·  “On dit que Mirontsy est née au 19ème siècle. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisqu’il y a des monuments démontrant que cette cité était déjà habitée au 16ème siècle. Des sites comme Mkiri wa Mpwani et Masdjidil Azhar témoigne de ce passé. Les quatre siècles qui ont suivi, Mirontsy aurait cessé d’exister, suite aux razzias malgaches…” En

Une scandaleuse affaire : entre Mwigni M’kou et Abdallah III en 1871

Said Bakar Mougné M’kou Said Bakar rapporte ceci dans sa fameuse chronique de Ngazidja “Sultan Abdallah resta [à Ngazidja après la guerre de 1871 contre Msafumu] pour réclamer le paiement de ses frais. Il nous fit cotiser pour sept mille pilastres, et il prétendait qu’il en restait encore sept mille dont il attendait le paiement. Sultan Ahmed se plaignit auprès des Français de ce que

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !