Mutsamudu! poème d’Assaf Mohamed Sahali Wadaane

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

MUTSAMUDU !

Souvenirs et témoignages sont transmis d’un mariage béni
De mes parents partageant affection et attachement à l’infini
Dans cette cité de tendresse, de douceur et d’amour doux
Dieu en a décidé ainsi, j’en suis reconnaissant ô Mutsamudu !

Jadis sécurisée par les yeux et les oreilles de la citadelle
Tu respirais sérénité avec les danses des hirondelles
Dziakundre* par ses seins et ses bras nous abreuvait
Et avec dextérité nos corps et nos habits il ravivait.

Tu perpétuais sans complexe la tradition prophétique
Par les deux adhans d’abdou Mwadhine à la voix poétique
Par tes shiromanis couvrant de pudeur nos mères splendides
Par le savoir de nos ulémas élégants mais pas candides.

Ton minaret tutoie la ville et s’impose dominateur
Beau, arachnéen il symbolise la maison du Créateur
Les doués d’intelligence s’y rendent avec humilité
Ne prônent division mais prêchent amour et fraternité.

De mon nez remontait ton parfum au jasmin
De mes pieds j’emboîtais les pas de danses de gamin
De ma bouche je mangeais et buvais le succulent pangahari**
De nos bras, contre les dictatures, résistance était nourrie.

Au coucher de soleil tu exhales l’odeur de tes fleurs
Tes ruelles et ton ciel se caressent avec bonheur
Ô Seigneur, couvre ma cité de sa beauté et de son honneur
Éloigne ma ville de haine, de désunion et de rancœur !
* Mdro wa maji
** cafétérias et petits restaurants de pangahari

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

La fondation de Mirontsy

Rabouba Jr Ben Ali rdptt13a91hmh346984 mc  ·  “On dit que Mirontsy est née au 19ème siècle. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisqu’il y a des monuments démontrant que cette cité était déjà habitée au 16ème siècle. Des sites comme Mkiri wa Mpwani et Masdjidil Azhar témoigne de ce passé. Les quatre siècles qui ont suivi, Mirontsy aurait cessé d’exister, suite aux razzias malgaches…” En

Une scandaleuse affaire : entre Mwigni M’kou et Abdallah III en 1871

Said Bakar Mougné M’kou Said Bakar rapporte ceci dans sa fameuse chronique de Ngazidja “Sultan Abdallah resta [à Ngazidja après la guerre de 1871 contre Msafumu] pour réclamer le paiement de ses frais. Il nous fit cotiser pour sept mille pilastres, et il prétendait qu’il en restait encore sept mille dont il attendait le paiement. Sultan Ahmed se plaignit auprès des Français de ce que

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !