Le Président Ahmed ibn Abdallah ibn Abdurrahman ibn Sheikh ibn Ahmad AL SHEIKH ABUBAKR IBN SALIM AL BAALAWI,

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

  • AAA avec Pik Botha le ministre des affaires étrangères de l’Afrique du Sud Apartheid

– Avec Nadjib Dakoine

AHMED (Abdallah Abderamane) (12 juin 1919-26 novembre 1989)

– Avant 1945: Etudes secondaires dans les écoles régionales de Majunga puis de Madagascar,

1945: il succède à son père à la tête d’une société d’import- export spécialisée dans le commerce de la vanille, du coprah, des tissus et du riz

1946: élu conseiller général des Comores

1950-1953: Présidence du Conseil général

1953 à 1958: élu représentant des Comores à l’assemblée de l’Union française

1959: élu sénateur des Comores

1959 à 1961: Membre de la commission des affaires sociales

1962 à 1973: Membre de la commission des affaires culturelles

5 juillet 1972: il vote la création des régions

15 décembre 1961: lors de la discussion du projet de loi relatif à l’organisation des Comores, le sénateur comorien invite ses collègues à voter sans réserve le texte prévoyant l’autonomie interne, rappelant à cet égard que « le statut que réclame depuis deux ans le peuple comorien a longtemps traîné de bureau en bureau. Aujourd’hui nous nous félicitons qu’il ait été voté à l’unanimité par l’Assemblée nationale. Le Sénat, j’en suis sûr, en fera autant.”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

La fondation de Mirontsy

Rabouba Jr Ben Ali rdptt13a91hmh346984 mc  ·  “On dit que Mirontsy est née au 19ème siècle. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisqu’il y a des monuments démontrant que cette cité était déjà habitée au 16ème siècle. Des sites comme Mkiri wa Mpwani et Masdjidil Azhar témoigne de ce passé. Les quatre siècles qui ont suivi, Mirontsy aurait cessé d’exister, suite aux razzias malgaches…” En

Une scandaleuse affaire : entre Mwigni M’kou et Abdallah III en 1871

Said Bakar Mougné M’kou Said Bakar rapporte ceci dans sa fameuse chronique de Ngazidja “Sultan Abdallah resta [à Ngazidja après la guerre de 1871 contre Msafumu] pour réclamer le paiement de ses frais. Il nous fit cotiser pour sept mille pilastres, et il prétendait qu’il en restait encore sept mille dont il attendait le paiement. Sultan Ahmed se plaignit auprès des Français de ce que

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !