La promotion d’une contre-histoire par la France

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
La promotion d’une contre-histoire par la France pour alimenter la haine et la séparation entre les Mahorais et les Comoriens des autres îles.
” Andrianantsouly a vendu Mayotte à la France pour que les Mahorais puissent échapper à l’envahissement de leurs frères Comoriens” Anne-Charlotte Gaurraud dans son documentaire : “Mayotte : la dernière colonie ?” diffusé sur la chaîne LCP.
Une affirmation mensongère qui m’a mis hors de moi, et qui résume à elle seule, la mise en place, d’une politique de manipulation de l’histoire de Comores pour des fins géostratégiques.
Vous connaissez surement Andrianantsouly (photo) ?
Et Cadi Omar Aboubakar, vous le connaissez ? Pas vraiment non ? Pourquoi ?
Parce que “l’histoire française et officielle de l’archipel des Comores” ne souhaite que, surtout pour les Mahorais, l’oublie pur et simple du nom de ce grand personnage de l’histoire de Mayotte. Premier chroniqueur de l’archipel et véritable donateur de l’île de Mayotte à la France.
Jean Martin nous laisse croire, dans son livre ” Comores : quatre îles entre pirates et planteurs 1983, page 451, que le Cadi Omar Aboubakar n’a joué qu’un rôle mineur sur la cession de son île à Louis-Philippe en 1841.
Pourtant, ce descendant direct de la lignée royale de Mayotte et grand cadi de Dzaoudzi, concentre en lui seul presque tous les titres de son temps notamment celui de rédacteur des allégeances au sultan d’Anjouan et de cession.
Cadi Omar Aboubakar nous informe surtout via sa chronique, page 252, que c’est bien lui qui a ajouté délibérément dans la lettre d’Andrinantsouly pour le gouverneur Hell, sa proposition de cession de Mayotte à la France. Cette-dernière voit une exagération de la part du Cadi.
Mais, le contexte historique qui témoigne d’une période fortement instable dans la vie politique comorienne ( razzias malgaches, guerres des factions…) permet de mieux comprendre ce qui a poussé Cadi Omar à faire recourt à un tel stratagème.
A l’époque, les guerres intestines féodales entre factions comoriennes poussées à des ” alliances plus douteuses et éphémères pour contrer un adversaire ambitieux.
Cette nécessité va amener [ Cadi Omar ] à s’allier :
– à Andrianantsouly (pour renverser Bwana Kombo en 1834, puis s’opposer aux autres factions maoré),
– à Abdallah II [ d’Anjouan ] ( pour vaincre les forces de Ramanetaka en 1835 );
– à Alawi II (pour contenir les visées de ses rivaux maoré, alliées de sultan Salim II, de 1836 à 1840),
– et enfin à Passot ( en 1840-1841, pour échapper à la tyrannie d’Andrinantsouly).
De 1837 à 1841 Andrianantsouly n’a été que le Gouverneur de Mayotte représentant le sultan d’Anjouan Alawi II. A cela s’invite la question de la légitimité de pouvoir de celui qui est présenté officiellement comme vendeur de l’île.
Dans une époque où il n’y avait pas l’ONU, où la seule règle fut la la loi du plus fort, Cadi Omar Aboubakar par son geste de donation de Mayotte à la France en changeant le contenu de la lettre, a fait passer les Comores ” du giron anglais [pourtant mieux présent à Anjouan, Mohéli, Itsandra, Zanzibar, Maurice, Imerna] à la colonisation française en 1841.
Puis 43 ans après, lors de la conférence de Berlin de 1884 sur le partage de l’Afrique, les Européens ont décidé de laisser à la France la conquête des autres îles de Comores sous prétexte qu’elle est déjà à Mayotte depuis 1841.
_________
Sources : Histoire des ils, Djahazi 2, Casimir 1997.
Jean Martin, Comores : quatre îles entre pirates et planteurs, 1983.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

Lui, c’est Pierre Passot

Said Bakar Mougné M’kou 14 tSpllhjahnvieo0rc96 201re9d  ·  Lui, c’est Pierre Passot ” Il faut dominer dans le présent, le futur et le passé.” C’est par cette logique que les vainqueurs aiment écrire l’histoire pour leurs intérêts. Celle des Comores est écrite par les français pour l’intérêt de la France. Paraît-il, selon l’histoire française et officielle des Comores, que Passot est l’homme-clé de la présence française à Mayotte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !