Femme anjouanaise de 1855

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Non identifié

Piolet, Jean-Baptiste (1855-1930) ; Noufflard, Charles (1872-19.. ) ; Chailley-Bert, Joseph (1854-1928) ; Gervais-Courtellemont, Jules (1863-1931)

R04992.205

1900

9 x 9 cm (im.)

Estampe

Firmin-Didot

Empire colonial de la France. Madagascar, la Réunion, Mayotte, les Comores, Djibouti / par le R. P. Piolet et Ch. Noufflard

Anjouanaise : par coquetterie, à l’imitation des Indiennes, la narine est ornée d’un bijou

Bibliothèque départementale de La Réunion

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

Lui, c’est Pierre Passot

Said Bakar Mougné M’kou 14 tSpllhjahnvieo0rc96 201re9d  ·  Lui, c’est Pierre Passot ” Il faut dominer dans le présent, le futur et le passé.” C’est par cette logique que les vainqueurs aiment écrire l’histoire pour leurs intérêts. Celle des Comores est écrite par les français pour l’intérêt de la France. Paraît-il, selon l’histoire française et officielle des Comores, que Passot est l’homme-clé de la présence française à Mayotte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !