Genèse de la ville de Mutsamudu

 

 

Mutsamudu, ville-cité historique et culturelle d’Anjouan.

 

Située dans la baie nord-est, elle est fondée vers 1482 sous Halima I, Sultane d’Anjouan.

Originellement, avant l’installation de familles musulmanes, la localité était dénommée : DAMBWE. Les premières peuplades venues de l’Afrique de l’Est, l’appelait ainsi DAMBWE en rapport à leur localité d’origine, une localité située sur la côte Est-Africaine.

Feu Dr. Ahmed ZAIDOU avait recherché et trouvé cette localité dénommée DAMBWE toujours existante sur la côte Est-Africaine.

S’agissant du nouveau nom de la ville, Mutsamudu, il vient de Musa Mudu, Moïse le Noir ou MUSA le Noir. Cet ancêtre Musa, était un descendant des makuas. Le makua (aussi écrit macua, makuwa, makoua, makoa…) est une langue bantoue et un ensemble de langues parlées  au  Mozambique, en Tanzanie au Malawi et en Republique du Congo. Plus de 6 millions de personnes parlent un de ces dialectes

Ces Makuas sont venus du Mozambique (Dargube?).  Les Portugais les avaient installés dans cette localité appelée initialement : DAMBWE.

Ces mozambicains, (makuas de l’ethnie bantoue), travaillaient pour le ravitaillement en vivres et en eau potable des navires portugais au cours de leurs escales en ce lieu. Ils séchaient la viande du bétail qu’ils abattaient et les poissons qu’ils péchaient. L’eau fraîche et douce de la rivière, était remplie et stockée dans des barriques. Le tout était livré aux marins portugais de passage.

Ces makuas avaient été employés par les Portugais dans la construction de leur comptoir dénommé FORTALEZA à Habomo, un comptoir devenu plus tard la prison du sultanat.

Le Prince Hussein ou Sultan Salim II ibn Sultan Alawi 1er et son petit-frère Anli, y étaient tous les deux emprisonnés à Fortaleza par leur neveu Alawi ibn Sultan Abdallah II autrement appelé Alawi Mtiti.

Les Français ont finalement démoli ce comptoir portugais de Fortaleza pour élargir ou installer le cimetière chrétien.

En effet, ces africains venus du Mozambique, étaient aussi bouviers et faisaient paître leurs bétails dans la prairie au bord de la rivière et de la mer. Ils avaient installé ou construit des bocages sur la plaine côtière alors que leur village se situait plutôt sur le plateau de Hombo précisément au lieu-dit Dindrihari.

Plus tard, le Sultan Abdallah 1er Al Masela les installera (peut-être une partie) à Hapandre pour être près de leur lieu de travail : la construction de la citadelle et le renforcement de la muraille de Mutsamudu. Et plus tard encore, son petit-fils, le Sultan Salim II Al Madwa, les installera à son tour, à l’intérieur de la ville et derrière la muraille, dans le quartier Hampaga qui était spacieux et presque vide de bâtis. Certains parmi eux (ces mozambicains) préférèrent aller s’installer à Miro-Ntsy, Mirontsy.

Musa-Mudu était descendant de ces makuas-bantous que les Portugais avaient emmenés du Mozambique. Il est né, a grandi et mourut dans cette même localité dit Dambwe devenue Mutsamudu.

Baptisé Musa, certains nobles décidèrent de lui attribuer l’adjectif noir en complément de son nom afin de le distinguer des autres Musa qui, eux, étaient plutôt de peau claire.

Musa-Mudu avait son bocage au lieu-dit Nyombeni dans Hamumbu. Nyombeni est à deux cent mètres de la mosquée Mkiri wa Djimwa.

Musa-Mudu a été converti en islam par des gens venus de Domoni, possiblement, de la famille de Binti Ankil, première famille domonienne à s’y installer et ayant construit leur maison en dur. Cette famille de Binti Ankil s’était installée à la maison dite Roshani non loin de la mosquée et du minaret qu’elle construira.

Musa-Mudu avait participé à la construction du minaret de la Mosquée Mkiri wa Djimwa.

Musa-Mudu mourut en chutant du minaret alors qu’il venait d’installer la pointe au sommet.

Musa-Mudu fut inhumé au pied du minaret. Sa tombe existerait encore dans la chambre au rez-de-chaussée, au pied du minaret. Sa tombe est mythifiée pour les adolescents de la ville.

Au fur et à mesure du développement de la ville, des quartiers se formèrent et portèrent des dénominations spécifiques soit en prenant le nom d’une particularité du lieu telle une source d’eau déjà existante soit des activités exercées en ce lieu ou celles de ses occupants etc….Les mosquées se sont multipliées au fur de l’augmentation des musulmans locaux et ceux venus d’ailleurs ainsi que du fait du développement démographique de la ville …

L’administration du site-web du Musée 

 

 

 

Ci-dessous l’évolution de la ville selon l’écrit de RABOUBA JR BEN ALI :

https://www.facebook.com/raboubajrbenali

 

Au fil des ans, la ville a vu sa population augmenter et s’est divisé en trois quartiers : Mjihari, Hapanga, Hamumbu.

Mjihari est le quartier où vivait Musa Mudu ; c’est aussi le siège des pêcheurs. Centre-ville, c’est aussi le quartier des quaba-ila (El-Madua). Ces sous-quartiers existent jusqu’à nos jours. Il s’agit de Hakunuju (lieu des buissons), Mkiri wa ngizi, construit par les Perses, et enfin mkiri wa jumwa.

Hapanga a aussi été célèbre. Quartier des sabres (militaires ?) alors que certains l’attribuent à un esclave. Quartier des esclaves. Ce qui renvoie pour certains aux gardiens de la citadelle. C’était le quartier des agriculteurs en même temps d’où partait la source d’eau. On a le lieu-dit Bwe lamaji, Bahani, Darajaju (sur le pont), Sheshele, Saravwange et Bandramaji.

Hamumbu est le quartier des étrangers : Arabes, Européens, et ceux venus des autres villes et villages des régions de l’île. Comme c’était la forêt, il y avait beaucoup de moustiques (mumbu). Ces sous-quartiers sont Mkiri wajumwa, Kardilène, Gerezani, Shaweni, Bambajoni, et Mkiri washoni.

Dans ces trois principaux quartiers, les mosquées étaient les lieux sociaux de regroupement où les gens se fréquentaient. Mais Dardanali et Ujumbe étaient les centres d’acceuil des membres de la cour du roi.

D’autres quartiers ont été fondés un peu plus tard : Habomo, quartier des tambours. On l’attribue également à un esclave. D’où quartiers des esclaves. Vient ensuite le quartier Gongwamwe, Misiri (quartier des musulmans, nom dérivé de misri Egypte) et enfin Hombo.

Les Européens, en particulier les Portugais, se sont lancés dans l’océan Indien en doublant le Cap de Bonne Espérance et se sont retrouvés à Anjouan. Ils ont construit les escaliers reliant Mdjihari à la citadelle, construite pour surveiller les bâteaux arabes. C’est une ville portuaire qui a développé le commerce et favorisé le métissage. Cette suprématie, à partir du XVIe siècle, a donné naissance à une société aristocratique puissante qui a favorisé l’installation des Chiraziens, placés sous l’autorité des beja. Ce commerce actif a donné naissance aux miji (villes) ya mtsangani (côtière) et miji ya matsha (ville de campagne).

Depuis le XVIIIe siècle, la ville est la capitale économique d’Anjouan grâce à son port remarquable. Ce rôle, la ville de Mutsamudu le joue encore aujourd’hui. » fin.

 

    

         

Articles similaires

Opération navale américaine qui s’est déroulée le 6 août 1851 sur l’île d’Anjouan

L’expédition d’Anjouan désigne l’opération navale américaine qui s’est déroulée le 6 août 1851 sur l’île d’Anjouan, menée par le Sloop-of-war USS Dale (en) pour obliger par la force le pouvoir anjouanais à payer dédommagement et à libérer l’équipage et le capitaine du navire baleinier Maria emprisonné là depuis août 1850. C’est la première bataille livrée par la marine des États-Unis dans l’océan Indien et en Afrique de l’Est. Anjouan était un port maritime de l’ouest de l’océan Indien très apprécié des marins américains

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !