Mikidache ibn Abdurrahim ibn Ahmad ibn Ali ibn Hussein AL AHDALI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
  • Mikidache Abdou’Rahim : Un Technocrate devenu homme politique, imprégné d’une grande culture
    Mikidache Abdou’Rahim (1937-2018) est né à Mutsamudu. Après des études primaires et secondaires aux Comores, il entre, en 1956, à l’Ecole Normale de Tuléar pour devenir Instituteur. Il est d’abord affecté, en 1959, à l’école primaire Mramani dans le Nyumakele puis à celle de Missiri de Mutsamudu. En 1960, il réussit le concours d’entrée à l’Institut de Hautes Études d’Outre-mer.
    Mikidache Abdou’Rahim fut à la fois un technocrate et un politique. Il a eu à occuper plusieurs postes techniques sous l’autonomie interne. Il fait partie de la délégation comorienne conduite par le président Said Mohmed Cheikh qui rencontre à Paris, en 1967, le Général de Gaulle. En 1968, il est nommé Secrétaire d’Etat chargé de l’Economie et des Finances. Il devient Ministre des Finances sous la présidence du Prince Said Ibrahime. Après l’indépendance, il occupe de nombreuses fonctions dont le Commissariat Général au Plan et à la Banque centrale des Comores, Parallèlement à ses activités politiques, il avait développé en privé des activités entrepreneuriales dont la gestion de l’hôtel Beauregard à Mitsamiouli, les cultures de rentes dont l’ylang ylang et la vanille.
    Homme de culture, Mikidache Abdou’Rahim a fait la promotion du cinéma aux Comores à travers l’organisation de séances cinématographiques ambulantes dans les villes et les villages. Il a été longtemps président d’honneur de l’Alliance Franco-Comorienne. Ses prises de parole ont toujours été truffées d’évocations littéraires diverses et puisées dans sa quintessence de citations de Molière et autre Baudelaire.
    Homme pieux, Mikidache Abdou’Rahim a consacré ses dernières années à la vie religieuse. Grand érudit des textes coraniques, il animait des séances de traduction du Coran à la mosquée de Monge et conduisait souvent la prière. Il était aussi Halifa de la confrérie Shadhuliyat. Il était membre élu du Conseil des Cultes Musulmans de France, crée en 2003, sous la présidence de Nicolas Sarkozy pour représenter les musulmans de France et pour réguler les activités religieuses musulmanes en France. Mikidache Abdou’Rahim est décédé en France et a été enterré dans sa ville natale de Mutsamudu.
    Photos :
    1) Mikidache Abdou’Rahim, Homme politique Comorien
    2) Mikidache Abdou’Rahim, un technocrate et homme de culture
    3) Mikidache A. (au milieu) avec le président Ahmed Abdallah Abderemane et le Ministre Ali Nassor
    4) Mikidache A. (au milieu) avec les ambassadeurs Thabit et Amine
    5) Mikidache, l’imam et halifa Shadhuliyat
    Biographie écrite par HaYba FM, la Radio Moronienne du Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !