Les mémoires du Prince Said Hamza Ben Sultan Abdallah 1er Al Masela (1790-1856)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Said Bakar Mougné M’kou

Les mémoires de Prince Said Hamza Ben Sultan Abdallah 1er Al Masely (1790-1856) sont considérées comme le plus anciens textes historiques écrits par un Comorien.

Said Hamza, qui a écrit son texte en septembre 1846, était Grand Vizir du sultan Allaoui II ben sultan Abdllah II entre 1836 à 1840, après l’assassinat de sultan Abdallah II à Moheli par Ramanetaka.

En 1840, Salim II chasse au pouvoir son neveu Allaoui II et Said Hamza est contraint de vivre en exil. D’abord à Maurice ensuite à Mozambique où il perd son Djahazi avant de s’installait à Ngazidja, où il épouse la fille aînée de Mwigni M’kou, Mwana Wetrou. Son fils sultan Abdallah était un opposant de la France et de sultan Said Ali à Ngazidja. Sa fille Moina Anziza fut épousée par le sultan Msafumu.

Vu le fait que la presse de l’INALCO a rendu accessible gratuitement sur internet certains numéros numérisés de la revue Etudes Océan Indien, je pense qu’il n’est pas inapproprié que je publie ici la mémoire.

INALCO :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

La fondation de Mirontsy

Rabouba Jr Ben Ali rdptt13a91hmh346984 mc  ·  “On dit que Mirontsy est née au 19ème siècle. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisqu’il y a des monuments démontrant que cette cité était déjà habitée au 16ème siècle. Des sites comme Mkiri wa Mpwani et Masdjidil Azhar témoigne de ce passé. Les quatre siècles qui ont suivi, Mirontsy aurait cessé d’exister, suite aux razzias malgaches…” En

Une scandaleuse affaire : entre Mwigni M’kou et Abdallah III en 1871

Said Bakar Mougné M’kou Said Bakar rapporte ceci dans sa fameuse chronique de Ngazidja “Sultan Abdallah resta [à Ngazidja après la guerre de 1871 contre Msafumu] pour réclamer le paiement de ses frais. Il nous fit cotiser pour sept mille pilastres, et il prétendait qu’il en restait encore sept mille dont il attendait le paiement. Sultan Ahmed se plaignit auprès des Français de ce que

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !