L’effondrement de Ujumbe – Vuka ujumbe ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

L’effondrement de Ujumbe

Il avait longtemps résisté
A l’assaut du temps
Et raffermi son tremblement
A l’idée que l’histoire
Ne pouvait mourir,
Que le temps des splendeurs
Revivrait dans la mémoire
Des générations à venir.

Mais de guerre lasse,
Après des nuits lugubres
De pluies diluviennes,
Et de coupables indifférences,
Il a cédé au vertige
Et le ciel bascula.

La poussière à la bouche,
Il essaya de relever la tête,
Pour voir si à son secours
Personne ne venait,
Ni ne comprenait qu’à sa mort,
Mourait une partie de nous-mêmes.
Qu’à l’oubli des aïeux venait
La perte des racines.

Ces murs de mousse qui s’écroulent,
Sont les racines de notre mémoire,
Et quand le présent oublie son passé,
Il perd aussi le chemin de son avenir.
Kamaroudine

Vuka ujumbe  ?

Aka atria yimengo ha djitihadi,
Hukabili zinyakati,
Ata djeli mindru yakoririntra,
Be akodjitruliza,
Amba kayifu yitareha
Na swifa za utamaduni.
Maana besheleya za zama zijao.

Be kavu kayilemedza,
Pondra za kashikazi,
Na mauku ya shidza,
Na ulalamishi bila mpaka,
Suku udu wamsika,
Zimbigu zivindruha.

Trove hanyonyi,
Atsaha anyuwe shitswa,
Ha hutsaha msaanda,
Nahika vwa ayelewao,
Huka hufa yahe,
Mpavi ya mayiti ya wontsi,
Amba hudala wadzade,
Hulatsa ya mtru aswilia.

Zinkura za malavu zizo,
Zikomohao vavo na vavo,
De zianlama za yatru aswilia.

Kumbe, leo yahidala jana,
Ulatsa na yindzia ya yimeso hoho.

Kamaroudine

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Articles similaires

La fondation de Mirontsy

Rabouba Jr Ben Ali rdptt13a91hmh346984 mc  ·  “On dit que Mirontsy est née au 19ème siècle. Ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisqu’il y a des monuments démontrant que cette cité était déjà habitée au 16ème siècle. Des sites comme Mkiri wa Mpwani et Masdjidil Azhar témoigne de ce passé. Les quatre siècles qui ont suivi, Mirontsy aurait cessé d’exister, suite aux razzias malgaches…” En

Une scandaleuse affaire : entre Mwigni M’kou et Abdallah III en 1871

Said Bakar Mougné M’kou Said Bakar rapporte ceci dans sa fameuse chronique de Ngazidja “Sultan Abdallah resta [à Ngazidja après la guerre de 1871 contre Msafumu] pour réclamer le paiement de ses frais. Il nous fit cotiser pour sept mille pilastres, et il prétendait qu’il en restait encore sept mille dont il attendait le paiement. Sultan Ahmed se plaignit auprès des Français de ce que

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé !